21/01/2006

La radio re-diffusion

Je suis né dans une ville pilote, qui sera plus tard une des villes pilotes pour la télévision par cable. Mais avant cela on peut dire qu'il y avait aussi un système radio assez particulier. Au lieu d'installer des antennes radio comme c'était nécessaire alors pour capter la radio, il existait un système assez semblable précurseur pour la radio. Mes parents avaient un appareil qui ressemblait à une boîte installée sur une petite étagère. Au mur, était installée deux boutons : un pour ouvrir et fermer cette radio, et en régler le son ; un autre où il y avait 4 chiffres vers lequels il fallait diriger la flèche du bouton. Le numéro 1 transmettait l'INR (ancêtre de la RTBF), que mes parents écoutaient peu, vu leur peu d'intérêt à la musique classique. Le numéro 2 : émetteur régional de wallonie, où nous écoutions la retransmission de pièces de théâtre en wallon. Le numéro 3 : c'était le numéro où nous subissions les fantaisies de la société de Re-diffusion qui nous branchait, selon leurs goûts sur telle ou telle radio francophone. et enfin le 4 : où nous pouvions écouter radio luxembourg (l'ancêtre de RTL et Bel-RTL). Nous écoutions souvent cette dernière chaîne, pour ses crochets radiophoniques, pour ses feuilletons, dont certains sont restés célèbres : ça va bouillir, avec Zappy Max (d'autre part animateurs d'émissions grand public) et une émission que je ne ratais jamais : "La radio était là", c'était une émission qui m'initiait à l'histoire et déjà la publicité (que l'on appelait alors : "les réclames") entrecoupait chacune de ces émissions. J'étais amateur d'émission éducative comme celle dont je viens de parler 

08:19 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.