04/03/2006

L'âge du doute

Le 27/1, j'ai déjà expliqué que lorsque j'entrai à l'école secondaire, j'avais fait la connaissance du premier protestant que je côtoyais chaque jour désormais. Nous sympathisâmes et un jour il m'invita à une projection d'un film documentaire religieux. Comme l'ambiance particulièrement inhabituelle pour moi d'un temple m'avait quelque peu frappé. Lorsque j'allai me confesser à quelques jours de là, le curé de la paroisse me fit une véritable scène : "Vous êtes dans la vérité, vous n'avez pas à aller dans un temple protestant quelle que soit la raison"... "Mais, monsieur le curé, je me pose des questions"...."Vous n'avez pas à vous poser des questions...nous pensons pour vous". A son insu le curé avait déclenché un processus d'interrogations qui n'allaient plus s'arrêter. Je réfusai à ce moment là inconsciemment, toute forme de pensée unique ou toute préparée ; je ne laisserais plus jamais quelqu'un penser pour moi.

09:40 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.