18/03/2006

Mon dernier professeur de latin

et deuxième professeur de grec. C'était un original, partisan du latin vivant. Il scandait à tel point les vers d'Ovide que lorsque nous avions cours de latin avec lui que nous disions avoir cours de musique. Il s'enthousiasmait souvent pour des choses dont nous ne voyions pas toujours l'importance. Je me souviens particulièrement d'un cours à propos du de Bello Gallico de Jules César, il discutait (seul) à perdre de vue sur l'itinéraire emprunté par le célèbre général romain, traitant Camille Jullian, (académicien décédé avant la guerre) le traitant d'imbécile. Ce qui nous faisait beaucoup rire, c'était les cris de colère de notre prof. Bien que nous ne connaissions pas Camille Jullian, on aurait cru qu'il était présent dans la classe et se faisait engueulé pour une interro ratée. Il ne s'arrêtait dans sa diatribe que lorsqu'il nous voyait tous hilare...Et encore heureux que sa colère ne retombait pas sur l'un d'entre nous

11:25 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.