24/03/2006

Mon deuxième prof de français

Il était petit, gros et alcoolique et nous l'avions surnommé "le tonneau" car il arrivait tous les jours en classe dans un état d'ébriété avancée. Il lui arrivait quelques fois d'enseigner des choses contradictoires (heureusement, nous avions nos livres pour rectifier). Un jour, il s'est trébuché, en entrant, sur la marche de l'estrade. Il riait autant que nous. Le jour où il prit sa retraite, je le vis sortir d'un café, appelé justement le tonneau (quelle coïncidence). Il avait tellement fêté cela que plusieurs de ses compagnons de beuverie vinrent pour l'aider à s'asseoir dans le taxi qui le reconduisait chez lui. L'un le maintenant en équilibre ; l'autre, l'aidant à soulever une jambe puis l'autre ; le troisième fermant la porte du taxi après avoir crié au chauffeur la destination

08:54 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.