06/05/2006

A quinze ans

J'avais l'impression de tout découvrir... Je n'avais jamais assez de temps pour lire. Et plus je lisais, plus j'avais envie de lire ; plus je découvrais. J'étais en plein dans la lecture de Zola que je dévorais, volume après volume des Rougon-Macquart. Hugo m'enchantait par sa poésie que j'aimais lire à haute voix pour mieux savourer la cadence. Les psaumes de Clément Marot, de Théodore de Bèze me faisait entrer dans une solennité religieuse d'un autre siècle. C'est cela la magie du livre qui nous fait circuler à travers le temps et le rêve. Le personnage biblique de Ruth, au travers du texte biblique et de la poésie de Hugo "Boos endormi" m'exaltait, au point qu'un jour je donnerais ce prénom à ma fille aînée. Il me semblait qu'il n'y avait rien de plus solennel que ces vers :

Et Ruth se demandait, immobile, ouvrant l'oeil à moitié sous ses voiles

Quel dieu, quel moissonneur de l'Eternel été

Avait, en s'en allant négligemment jeté

Cette faucille d'or dans le champ des étoiles

08:59 Écrit par JMG | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.